Le récap ultime de la philo #1

Lundi, le baccalauréat 2019 commencera par l’épreuve redoutée de PHILOSOPHIE. Alors que le soleil brille et que votre seule envie est de festoyez en mangeant des saucisses grillées au bord d’une piscine à 28 degrés, la persepective de réfléchir au bonheur, à la conscience ou encore au désir peut vous sembler décourageante.

(Traduction : si tu as le sentiment de ne rien piger à l’art de la philo et que tu penses que la philo se résume à raconter ta vie en priant pour que le correcteur ait pitié, cet article est fait pour toi)

1ère idée reçue : La philo ne sert à rien

Le but de cet article n’est pas de vous rendre fous de philosophie, seulement d’expliquer son intérêt pour que vous puissiez envisager le bac plus sereinement. DONC, concrêtement, qu’est-ce-que la philosophie et pourquoi l’étudier ? 

Philosopher, c’est tout simplement interroger les évidences, c’est-à-dire remettre en cause, questionner des idées reçues pour apporter son propre jugement, en confrontant par exemple différents points de vue. C’est un peu ce qu’on te demande de faire au bac, en t’aidant bien sûr de philosophes connus qui ont marqué l’histoire (et qui ne feront jamais de mal à ta culture G).

2ème idée reçue : La philosophie c’est répondre au pif à une question qui ne fait aucun sens. 

Ahaha, NON.

En effet, la philosophie demande une certaine dose d’apprentissage, alors commençons par récapituler les notions que tu dois VRAIMENT connaître afin de réussir l’épreuve.

NOTION 1 : LA CONSCIENCE 

Le mot « conscience » vient du latin « cum scientia » ce qui signifie littéralement « avec » et « science » (comprendre « avec de la science »). En d’autres termes avoir CONSCIENCE DE SOI, c’est être capable de se prendre comme OBJET de sa pensée et donc avoir connaissance de ce qu’on est, de ce qui forme notre identité.

On peut avoir conscience donc de nous même (la conscience de soi), mais aussi du monde qui nous entoure. Tu as conscience des choses (tu peux répondre par exemple à la question « que vois-tu? ») mais aussi de toi (c’est ce qu’on appelle la conscience réflexive). En effet, la conscience, c’est ce qui permet la CONNAISSANCE.

LES PRINCIPAUX AUTEURS / PHILOSOPHES : 

  1. DESCARTES

Descartes a appliqué la méthode du DOUTE RADICAL. (Wtf?)

Le doute radical c’est simplement le fait de tout remettre en cause, de tout questionner, un peu comme si vous considériez que tout ce qui vous entoure, et tout ce qu’on vous a appris est faux car basé sur des principes douteux (c’est à dire des principes qui ne vous ont pas été prouvé, et qui peuvent comporter des erreurs).

En rejettant tous ces principes, Descartes aboutit à une conclusion : la seule chose dont il ne parvient pas à douter c’est qu’il est un être pensant. (D’où la célèbre formule « cogito sum » qui signifie « je pense, je suis »). En effet, après avoir tout rejetté, Descartes ne peut pas rejetter le fait qu’il formule une pensée, puisque c’est ce qui lui permet de douter de tout ! (Si tu ne pense plus tu ne peux pas émettre de doute ou rejetter une idée). DONC Descartes peut tout considérer comme faux SAUF le fait qu’il est une CONSCIENCE (ou une pensée).

2. KANT 

Penser librement c’est « avoir le courage de se servir de son propre entendement« . Ce qu’il faut retenir c’est que pour penser, et être autonome, il faut se libérer de la tutelle qui s’impose à nous. Nous sommes responsables de notre état de tutelle et donc nous sommes soumis à nos tutueurs (Parce que c’est parfois plus simple de se laisser guider plutôt que d’agir par soi même !)

3. FREUD 

Freud c’est un peu la ze-ba du thème de la conscience / de l’inconscient. Un jour (il y a fort longtemps) Freud décida de mener une expérience. En effet, il s’est intéressé à une jeune femme (nommée Anna O) qui présentait des signes d’hystérie (en gros elle avait différents symptômes notammment une toux nerveuse, une altération du langage, une impossibilité de se nourrir ou boire …) et aucun traitement ne permettait de la soigner.

Freud a donc mené ses recherches sur l’existence d’un INCONSCIENT PSYCHIQUE, qui serait à l’origine de ses troubles (et qui expliquerait donc le fait qu’aucun traitement ordinaire n’ait fonctionné).

Il hypnothise la jeune femme, pour qu’elle soit dans un état de demi-conscience. Dans cet état (alors qu’elle est hypnotisée) la jeune femme va raconter des passages de sa vie (ex elle parle d’expériences traumatisantes qu’elle a vécu, quand elle avait vu le chien de sa gouvernante qu’elle détestait boire dans son verre d’eau). En en parlant dans un état INCONSCIENT la jeune femme « se libère » et certains de ses troubles guérissent (elle n’a plus peur de l’eau par exemple après avoir raconté cet épisode).

Comment l’expliquer ? 

Freud avance l’idée que les symptômes dont Anna témoignait sont la conséquence de souvenirs REFOULÉS, c’est-à-dire qui n’ont pas été exprimés. En effet, les névroses, les symptômes, sont le retour de ce qui a été réfoulé, oublié, sous une autre forme. Ces souvenirs reviennent car le sujet y est attaché affectivement (ils ont eu un impact sur lui, la peur, le dégout..). Ces souvenirs ont été refoulé dans l’inconscient.

En conclusion, tu dois retenir que pour Freud la conscience c’est l’expression déguisée de nos désirs inconcients.

La citation à retenir : « Le moi n’est pas maître en sa propre maison » (Freud)

Ce que Freud explique c’est que le « ça », le « moi » et le « surmoi » sont en conflit, ce qui se traduit par des névroses. Ces névroses, c’est l’inconscient qui les expriment différemment, c’est ce qu’on nomme le retour du refoulé !

4. SARTRE

Sartre fait la différence entre « être » et « exister« . Pourquoi ? Parce qu’il distingue les objets par exemple, qui sont des objets « en soi », c’est-à-dire qu’il ne sont rien d’autre que ces objets, et le sujet pensant (toi ou moi par exemple) qui est un sujet « pour soi », c’est-à-dire qu’il peut être différent de ce qu’il est. En ce sens, exister pour Sartre c’est « sortir de soi », pourvoir dépasser ce qu’on est.

Ce que tu dois retenir c’est que pour Sartre la conscience n’est pas une chose (à la différence de Descartes) mais une intention, une visée.

NOTION 2 : AUTRUI

Autrui = ce qui est autre (l’autre en loccurence, qui suppose au sujet)

Une citation à retenir : « Autrui en tant qu’autrui, n’est pas seulement mon alter ego. Il est ce que je ne suis pas. » Levinas

Ce qu’il faut comprendre : autrui est similaire à toi (c’est un être humain), pour autant il est aussi différent de toi (tous les êtres humains ne sont pas similaires)

LES PRINCIPAUX AUTEURS : 

  1. SARTRE

Sartre affirme « l’enfer c’est les autres ». Ce qu’il faut retenir c’est que d’après Sartre l’autre est une condition nécessaire à la construction d’un individu, car en étant confronté à l’autre il peut définir et prendre conscience de ce qu’il est et ce qu’il n’est pas.

2. PASCAL (pas le grand frère, l’autre) 

Pascal pose la question « qu’est-ce-que le moi? » (très bonne question). Il veut montrer que le moi est insaisissable, introuvable, car le moi est une substance qui reste inchangée au cours du temps, qui survit au changement, c’est la substance même de notre être. Pascal applique cette question au domaine amoureux en se demandant « est-ce vraiment la personne elle-même qu’on aime, ou ses qualités ? »

La réponse qu’il apporte est justement que le moi et les qualités qui sont attribuées à une personne ne sont pas la même chose, on aime les qualités de quelqu’un mais on n’aime jamais personne. 

La citation à retenir : « J’ai besoin de la médiation d’autrui pour savoir ce que je suis » (Sartre). En d’autres termes, être confronté à l’autre me permet de prendre conscience de ma propre identité.

Pour approfondir : https://youtu.be/ZUkqthdG9zY

NOTION 3 : LE DÉSIR ET LE BONHEUR

Le désir en philosophie, c’est le mouvement qui nous conduit vers la satisfaction (ce que tu désires t’apporte, si tu l’obtiens, de la satisfaction, et c’est d’ailleurs pour cela que tu désir cet objet, parce que tu imagines qu’il va te procurer du plaisir).

La différence entre bonheur et plaisir c’est d’ailleurs que les plaisirs sont multiples et éphemères (beaucoup de choses te procurent du plaisir) alors que le bonheur est un état stable, une concrétisation en quelque sorte.

L’hédonisme affirme en ce sens que le bonheur c’est satisfaire pleinement tous ses désirs.

Les principaux auteurs / courants de pensée : 

  1. PASCAL ET ARISTOTE 

Pour ces deux penseurs le bonheur est le but de toute action humaine (l’ultime goal de ta vie quoi).

Aristote voyait d’ailleurs le bonheur comme un but commun à atteindre pour la société dans son ensemble.

2. L’épicurisme 

L’épicurisme c’est l’idée que pour atteindre le bonheur il faut satisfaire ses désirs, mais pas n’importe lesquels : les plaisirs naturels et nécessaire (comprendre qui ne peuvent pas être autre).

3. Le stoïcisme 

Le stoïcisme rejette la satisfaction des désirs car le bonheur ne peut être atteint que grâce à la vertu.

4. KANT 

Kant a avancé l’idée selon laquelle le bonheur est un produit de l’imagination nécessaire pour manipuler l’Homme.

La citation à retenir :

« Malheur à celui qui n’a plus rien à désirer » (Rousseau) C’est-à-dire que le désir procure plus de bonheur que la possession car « on jouit moins bien de ce qu’on obtient que l’on espère ». Vous pouvez aussi parler de Baudelaire qui, dans Les Fleurs du mal, devient lassé un fois qu’il est parvenu à atteindre l’objet de son désir (une femme dans ce cas).

Exemples de questions qui peuvent tomber au bac :

  • Le bonheur est-il le bien suprême ?
  • Le bonheur est-il inaccessible à l’homme ?
  • La recherche du bonheur est-elle un idéal égoïste ?

Pour compléter : https://youtu.be/WMO0bQ8czUw

NOTION 4 : LE LANGAGE 

Le langage en philosophie c’est la « faculté de communiquer la pensée par un système de signes et par le moyen de la langue associé à la parole »

(source : https://la-philosophie.com/langage-en-philosophie)

Le langage c’est donc un artifice qui est propre à l’homme et qui lui permet de s’exprimer et de communiquer.

Les principaux auteurs :

  1. Ferdinand de Saussure

Dans Cours de linguistique générale, Ferdinand de Saussure annonce que le langage est un système de signes, et que ces signes sont en réalité le rapport entre un signifiant (un mot qui désigne quelque chose) et un signifié (ce quelque chose, c’est-à-dire le concept désigné). Le signe a une valeur relative à d’autres signes, c’est-à-dire qu’il n’a de valeur que dans le contexte de la langue parlée.

2. Karl Von Frisch 

Karl Von Frisch dans Vie et moeurs des abeilles a montré que les abeilles utilisent une forme de langage pour communiquer. En effet, les abeilles utilisent des signes différenciés pour indiquer par exemple la distance et la direction du pollen aux autres abeilles. Il décrit notamment 2 danses qui sont utilisées par les abeilles éclaireuses comme des signaux et qui demandent une action en guise de réponse.

Benveniste a ensuite montré la différence entre le langage animal et la langage humain. Les abeilles ne dialoguent ni ne parlent pas à la différence de l’homme, elles ne font que transmettre des informations esssentielles à la satisfaction de leurs besoins primaires. Elles agissent par instinct ce qui n’est pas le cas de l’homme.

3. Bergson 

Bergson défend l’idée selon laquelle le langage banalise les choses, il parle d’étiquette pour dire que beaucoup de choses sont comprises ou désignées sous un même mot afin de faciliter l’action de l’homme. Or, ces « étiquettes » empêchent l’homme de percevoir pleinement la réalité et la singularité.

La citation à retenir :

« Les limites de mon langage sont les limites de mon propre monde« . (Wittgenstein) Qui reprend l’idée selon laquelle le langage délimite le monde humain, puisque n’existe que ce que nous pouvons nommer.

Exemples de questions pour le bac :

  • Le langage ne sert-il qu’à communiquer ?
  • Le langage n’est-il qu’un outils ?
  • Le language n’est-il qu’une traduction de la pensée ?

Pour compléter : https://youtu.be/wplpIJmoiAQ

NOTION 5 : L’ART 

Dans des dissertations sur l’art, on va surtout te demander de définir ou déterminer : le rôle et le but de l’art ou encore les intentions de l’artiste quand il produit une oeuvre d’art.

L’art, comme la technique, est un savoir faire. Or, l’art peut aussi être considéré comme quelque chose qui ne s’apprend pas ou ne s’acquiert pas avec l’expérience, et donc comme un don (l’artiste serait dans ce cas né génie, avec un talent).

Dans une dissertation ou une explication de texte sur l’art n’hésite pas à utiliser tes connaissances dans tous les domaines ! Tu peux très bien parler de peinture, de musique, de cinéma, de danse… Peu importe ! Tu peux aussi parler de différents mouvements que tu as étudié au lycée, par exemple la Parnasse qui avait pour ultime but l’esthétique et affirmait que l’oeuvre d’art devait seulement être belle !

Les principaux auteurs : 

  1. Aristote 

Pour Aristote, l’art doit être une imitation fidèle de la réalité. Il est partisan de l’hyperréalisme.

2. Hegel 

A l’inverse, Hegel pense que l’art doit être une idéalisation du monde réel.

3. Marx 

Pour Marx, l’art est avant tout un phénomène culturel qui est l’expression des intérêts d’une classe, et il se rapporte donc à l’idéologie.

4. Freud 

Freud, dont nous parlions plus tôt avance quant à lui l’idée selon laquelle l’art serait un moyen pour l’artiste de se défaire et de se libérer de ses pulsions inconscientes (il ne les refoule donc pas)

5. Kant 

Kant affirm que les beaux-arts sont les arts du génie et que c’est le génie qui donne ses règles à l’art. (alors que Nietzsche par exemple dit que le génie n’existe pas !)

Exemples de questions qui peuvent tomber au bac :

  • L’art est-il une technique ?
  • Qu’est-ce que le génie ?
  • Le beau est-il universel ?
  • Qu’est-ce qu’une oeuvre d’art ?
  •  Quel est le rôle de l’artiste ?

Pour compléter :

https://la-philosophie.com/citations-art

https://youtu.be/d6gtYfjgFN0

NOTION 6 : Le travail / la technique

Le travail est-il une contrainte ou une manière pour l’homme de se réaliser ? Voilà la grande question à laquelle vous devez répondre dans ce chapitre !

En effet, le travail peut parfois être perçu comme une obligation (on travaille car on a besoin de gagner sa vie, pour pouvoir ensuite subvenir à ses besoins)

Toutefois, le travail c’est aussi le propre de l’homme. Pourquoi ? Parce que l’homme lui seul (à la différence de l’animal) est capable d’utiliser la technique et est dôté d’une intelligence technique. Il peut donc ainsi façonner la Nature selon ses envies, alors que l’animal n’utilise que son instinct.

Les principaux auteurs : 

  1. Hegel 

Le travail permet de se façonner et de se réaliser en tant qu’homme.

2. Platon 

Platon utilise le mythe de Prométhée pour défendre l’idée selon laquelle la technique permet la domination de la nature et la satisfaction des besoins.

Le mythe de Prométhée : https://youtu.be/_CDQqn4H7zY

3. Marx 

Vous pouvez retenir cette citation : « Mais ce qui distingue dès l’abord le plus mauvais architecte de l’abeille la plus experte, c’est qu’il a construit la cellule dans sa tête avant de la construire dans la ruche. Le résultat auquel le travail aboutit, préexiste idéalement dans l’imagination du travailleur. » dans Le Capital.

Pour compléter : https://youtu.be/JXmDt18dtFM

NOTION 7 : LA RELIGION 

Tout d’abord définissons la religion :

D’après le dictionnaire Larousse la religion est :

  • L’ensemble déterminé de croyances et de dogmes définissant le rapport de l’homme avec le sacré.
  • Ou encore l’ensemble de pratiques et de rites spécifiques propres à chacune de ces croyances.

(source : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/religion/67904

La religion peut dans un premier temps être perçue comme étant opposée à la science et à la raison (on croit en quelque chose qui n’a pas été démontré empiriquement).

Pourtant, Pascal a montré que la raison a ses limites, car elle ne peut pas comprendre ce qui fait appel au coeur, comme la religion (c’est ce que signifie la célèbre formule « le coeur a ses raisons que la raison ignore ») 

Certains auteurs ont critiqué la religion, on peut par exemple penser à Marx qui affirme :

« La religion est le soupir de la créature accablée, le cœur d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit d’une époque sans esprit. Elle est l’opium du peuple. »

Montrant ainsi que la religion peut être utilisée pour donner une illusion de bonheur aux populations et les manipuler.

Lamartine lui affirme que “Dieu n’est qu’un mot rêvé pour expliquer le monde”

Pour compléter :

https://youtu.be/ZzFOLpuvCHs

https://youtu.be/IVm-o_FwUFE

Voilà pour aujourd’hui ! Certaines notions (comme la société, les échanges ou la démonstration) sont abscentes de ce récap, mais vous pouvez bien évidemment retrouver des citations qui se rapportent à ces chapitres sur mon compte instagram (Ados avec un ciboulot), et je tenterai de vous publier des résumés de ces notions sur Instagram encore une fois avant le bac !

Je vous souhaite de bonnes révisions et bonne chance pour le bac !

PS : il est tout à fait normal d’être stressé mais faites de votre mieux et tout ira bien. Cela vaut ce que cela vaut, mais je crois en vous.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s